PIKINE   BIZ.  COM

[email protected]

ACTUALITES

L'Afrique n'est pas pauvre, mais on l'appauvrit. : BY PROFESSEUR DJIBY DIAGNE USA .

Posted by PIKINITE on May 17, 2017 at 2:25 PM

Et l'Afrique Aussi!

Nous allons progressivement sortir des sentiers battus, si et seulement si les politiques publiques changent et les politiques economiques qui sous-tendent l'environnement des affaires, sur lesquelles s’adossent les investissements prives changent aussi pour etre plus inclusives.

L'Afrique n'est pas pauvre, mais on l'appauvrit.

La pauvrete n’est pas un acquis mais un long processus forge au plus haut des instances dirigeantes ou les acteurs, une fois arrives au sommet ferment toutes les portes et donc toutes les opportunites aux eventuels pretendants (leur concurrence), quitte a les reduire au silence.

Si les institutions politiques en place incitent a la productivite dans tous les secteurs, les institutions economiques s'en suivraient, et il n’en serait que mieux pour l’economie du pays, dans le long terme, et du bien etre de tous les citoyens. Mais ne soyons pas pessimistes, pour autant, au vu de ce qui se passe sous nos cieux avec nos institutions et comment elles sont concues ou cousues, pour certains, pour ne favoriser qu'une infime minorite.

Loin d'etre un specialiste sur la question, mais quand on entends parler de croissance en Afrique, ou de projection de croissance etalee sur des decennies, on n'en deduit pas automatiquement que ce sont tous les pays africains qui sont inclus. Seuls ces pays la qui ont deja jetes les bases de la croissance durable et par voie de consequence du developpement durable, seraient concernes. Dans ces pays ou existe la democratie, au sens large, qui est batie sur des institutions inclusives pluralistes et ou regne un etat de droit, avec un parlement qui existe et fonctionne pour la defense et la sauvegarde des seuls interets du peuple.

Certains pays anglophones sont bien partants sur cette liste. Alors que ces autres pays africains qui croulent sous le poids de la l'autoritarisme de leur dirigeants (politiques et affairistes), aux commandes de l'apparatus politique et aux controles des leviers economiques, se partageant les seuls moyens de production de l’Etat, il leur serait tres difficile de prendre ces pistes de croissance, ou a meme de les maintenir sans voir des symptomes de divergences et de dislocation emerger par l’entremise d'autres groupes internes qui vont se disputer le pouvoir et les richesses, qu'ils accaparent au detriment du reste. Car la plupart des etats africains portent en eux les germes de leur propre faillite, que l'on occulte souvent lorsque nous posons les questions developpement ou du retard economique, technique, technologique de l'Afrique.

Est ce que nos dirigeants ne refusent-ils pas que leurs pays se developpent? Regarder un peu le retard des pays est-europeens compare a leurs voisins de l’Europe occidentale. Ou encore posez-vous la question pourquoi la revolution industrielle s’est passée en Angleterre et pas ailleurs en Europe ou dans le monde?

Le retard du continent fait couler beaucoup d’encre, et fait naitre des theories dans tous les milieux academiques, au niveau des ONG et aupres des organismes internationaux qui inventent et reiventent des formules qui n’ont jusque la jamais fonctionne. Nous avons souvent tendance a imputer ce retard a l'ignorance, la culture ou a le mettre sur le dos de la geographie. Mais il n'en est rien.

Le suppose retard de l’Afrique ce sont les politiques extractives aussi impopulaires qu’elles soient, mais, helas, pratiquees depuis des siècles et relayees et repris- et a meme d’etre recreer, aux regimes dirigeants, qui se drapent des oripeaux de democratie des leur prise de pouvoir, et qui finissent par toujours installer les memes politiques extractives dans ses facettes diverses et variees.

La stagnation economique et sociale de la terre-mere est aussi ,en partie, due a la corruption de ses elites politiques, en toute impunite. Ce sont aussi ces politiques publiques ou privees decretees ou concoctees sur dose par les instances internationals pour la sortir de son soi-disant retard, mais qui sont favorables seulement au parti-dirigeant et aux collaborateurs de ce dernier. Ce qui maintient l'Afrique dans l'etat actuel ou elle se trouve; et cela ne changera pas de sitot, et risque de se perpetuer, comme cela l'a ete, d'ailleurs, depuis des decennies d'independance.

C’est aussi la peur de la creation destructive, de l’innovation technologique, du changement des politiques en inadequation avec les besoins d’une population jeune, enthousiaste et ouverte aux vents du monde. Il n’existe pas une force au sein de la classe dirigeante qui les pousserait a accepter que d’autres entites, d’autres groupes viennent competir sur leur terrain de predilection et reussir, a part egale, en usant des memes ressources publiques a leur disposition, auxquelles ils sont si attachees, après avoir goute aux delices du pouvoir, qu’ils accumulent aveuglement avec cupidite et ne depensent que sur des futilites.

A moins d'une contigence, bien venue a son heure, ou d'un tournant critique de l'histoire pour forcer aux changements sociaux et aux reformes politiques tant souhaites et qui entraineraient forcement l’instauration d'institutions politiques plus inclusives attelees a des institutions economiques de meme nature, dans un etat de droit, ou tous les citoyens, quelque soit leur statut ou coloration politique seront egaux devant la loi.

Categories: None

Post a Comment

Oops!

Oops, you forgot something.

Oops!

The words you entered did not match the given text. Please try again.

Already a member? Sign In

0 Comments